Actualités
Retrouvez nos dernières actualités. N'hésitez-pas à vous abonner à nos comptes Facebook, Twitter et Instagram !

Human’East revient sur une actualité sortie au début du mois d’avril, alors que nous étions en mission humanitaire en Ukraine : l’Union Européenne a voté la suppression du visa obligatoire pour les Ukrainiens visitant l’espace Schengen.

La mesure, entrée en vigueur le 11 juin dernier, permet aux Ukrainiens de visiter l’espace Schengen sans visa, pour une durée maximale de 90 jours, et sans droit de travailler ou de résider dans les pays de la zone. En 2015, l’UE constate que le pays remplit tous les critères : le parlement ukrainien a dû par exemple voter une loi contre les discriminations au travail liées à l’orientation sexuelle.

Mais le processus de négociations entre Bruxelles et Kiev a commencé plusieurs années avant et a été retardé par des motifs politiques principalement. Le pays a connu la mouvementée présidence Ianoukovitch qui a conduit au mouvement contestataire Euromaïdan en 2014, année où Human’East a décidé d’annuler sa mission annuelle pour des raisons de sécurité. Le pays a également été secoué par un conflit violent et par l’annexion de la Crimée par la Russie.

L’annonce a suscité l’enthousiasme général en Ukraine. Le Président Porochenko s’est rendu à Strasbourg le 17 mai pour signer les documents officiels et a qualifié son déplacement comme étant « l’un de [ses] voyages les plus importants des trois premières années de [sa] présidence ». Les Ukrainiens, attachés à l’Europe et à la France, ont perçu la mesure comme un signe d’amitié venu de l’Ouest.

Human’East collabore depuis de nombreuses années avec les chaires de français et d’anglais d’universités ukrainiennes et peut constater chaque année la force de ces liens d’amitié. Pour tous nos contacts, la fin du régime de visas souffle un vent d’espoir sur le pays. Celui de renforcer les liens avec l’Europe, qu’ils soient amicaux, diplomatiques ou économiques.

Lidya, une ukrainienne qui réside en France, nous explique qu’elle a obtenu son premier visa Schengen à l’âge de 15 ans, dans les années 1990, ce qui était « une chance inouïe car rarissime à l'époque ».
Elle raconte que cette annonce permet à ses amis ukrainiens de voyager en Europe sans les tracas des demandes de visas, longues et coûteuses. Une liberté renforcée par les vols low cost qui se développent de et vers l’Ukraine. C’est aussi le signe que l’Ukraine est de plus en plus écoutée par l’Europe. « C'est une nouvelle époque qui s'ouvre, en balayant les fermetures et les interdits. A nous le monde ! »

Alex, un professeur d’anglais à Rivne, en Ukraine, qui nous a beaucoup aidé dans l’organisation opérationnelle de la mission 2017, témoigne également. Il souligne aussi « une action symbolique » avant tout car peu d’Ukrainiens peuvent voyager en Europe, notamment pour des raisons financières.
Alex revient sur les évolutions politiques positives qui ont marqué l’Ukraine récemment, comme des organismes anti-corruption et une réforme de la Justice. Beaucoup de travail reste à accomplir, mais l’abrogation du régime de visas est une étape importante et positive qui contribue à l’approfondissement de « l’intégration économique, technique et surtout humaine de l’Ukraine au marché commun européen ».

Pourtant, la suppression des visas ne résout pas tout, et il y a encore beaucoup de chemin à faire pour que les Ukrainiens puissent voyager à l’étranger aussi facilement que leurs voisins occidentaux. Natalie, une étudiante que nous avons rencontrée à Rivne cette année dit avoir été surprise par la décision de l’Union Européenne.
Elle explique néanmoins que même si “c'est devenu beaucoup plus facile de voyager, l'Europe reste encore assez chère pour les Ukrainiens et tous ne peuvent aller à l'étranger, même sans visa. Nous pouvons facilement utiliser des vols "lowcosts", mais il faut avoir des ressources suffisantes : la plupart des pays oblige de dépenser environ 50€/jour, mais cette somme peut représenter un mois de salaire pour certains Ukrainiens ! Vous n'avez pas besoin de visa, mais vous n'êtes pas toujours libre d'aller quelque part. C'est une chance, mais pas encore pour tout le monde.”

Human'East

EDHEC Business School
24, avenue Gustave Delory
59057 Roubaix
contact [at] humaneast.org
Toutes nos coordonnées